Forum Collapse of Time MMORPG 2D Francophone Gratuit
Bonjour !
Merci de votre visite sur le forum de Collapse of Time.
Connectez vous ou enregistrez vous!
Pour voir le forum, présentez vous, vous aurez alors accès à tout Wink
Bonne navigation!

Stode & Piercing [Nouvelle littéraire]

Aller en bas

Stode & Piercing [Nouvelle littéraire]

Message  Loupyan le Mer 9 Déc - 4:37

Stode et Piercing
~ ~ ~ ¤ ~ ~ ~
Loupyan

----------------------------------------

'# 0 : Prologue

AVIS À TOUS LES CITOYENS DE QUÉBEC : VEUILLEZ DÉCLARER TOUS TÉLÉKINÉS ET TÉLÉKINÈSES IDENTIFIÉS AUX AUTORITÉS.
MERCI DE VOTRE COLLABORATION.


Voyant cette affiche placardée sur un mur remplis de petites annonces au centre-ville, je me sentis soudainement envahie d'une grande angoisse. Je sentais la menace partout autour de moi, comme si on m'épiait constamment, attendant de trouver une preuve tangible sur la vérité me concernant. Le danger était là, il était palpable, on ne pouvait plus le cacher maintenant. Avec cette crainte, je poursuivis ma route vers la polyvalente. Pour faire ma petite tournée des magasins, j'avais décidé de ''flusher'' l'avant-midi car ces cours n'avaient aucun intérêt pour moi. Heureusement, je n'étais qu'au stade 2 de mon développement de Télékinèse, cela veut dire que l'iris de mes yeux n'est pas rouge comme ceux du stade 3. Voilà, vous savez déjà mon terrible secret! Mais, l'affiche ne dit pas tout! Les recherches pour identifier les Télékinés sont mises en priorité car nous représentons la plus grande menace. Mais tous ceux qui ne se conforment pas sont en danger et tous ceux qui ne satisfont pas aux normes établies par le nouveau gouvernement en place le sont également. Ceci dit, vous comprendrez probablement ce qu'il est en train de se passer dans notre société!

En chemin, je vis d'autres signes que ce mouvement s'étendait encore plus vite que prévu. On me dévisageait et on critiquait mon style comme si j'étais en train de commettre un crime atroce. Bien sûr, l'originalité n'a plus lieux d'être et maintenant c'est à proscrire! Ce qui veut dire que les genres comme les Punks, les Métalleux, les Rockers, les Emos et les Gothiques sont en voie d'extinction face aux styles que je qualifie comme ordinaire, j'ai nommé les Frais, les Rappeux ainsi que le style normal et les Nerds. À l'exception du style normal ou civil, ce sont les deux premiers styles qui semblent vouloir noyer les autres. Où je veux en venir? Et bien, mon style ne convient pas au conformisme, je suis classée comme étant Emo-Métalleuse, et ça, ça c'est de plus en plus mal vue!

Le pire dans toute cette histoire, c'est que je suis consciente de ce qu'y se passe mais tous ceux qui rentrent déjà dans le moule semblent ne pas s'en rendent compte! Heureusement pour moi, je ne suis pas la seule dans ce combat, mon petit ami Bastien l'est aussi. Il n'a pas trop le choix il faut dire! D'abord il sort avec moi, ensuite c'est un Métalleux et pour finir, c'est également un Télékiné! Le match parfait vous diriez!

Maintenant, après quelques minutes de marche, j'arrive à l'école. Une polyvalente bien réputée, ce qui est rare, et qui possède un grand nombre d'élèves dans tous les niveaux. À peine quelques mètres parcourus dans l'établissement et déjà on me regarde avec cet air, comme si j'étais pitoyable! Ridicule! Conne! m***e, j'ai rien dit, j'ai rien fait et déjà on me méprise! Maintenant, c'est clair dans ma tête, j'ai le devoir de montrer aux autres la vérité, une vérité terrible qui causera sûrement une révolte majeure contre l'État. Voici mon combat.

_________________
avatar
Loupyan
Intrus Infecté
Intrus Infecté

Messages : 146
Réputation : 18
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 25
Localisation : Saguenay

http://aquae-os.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stode & Piercing [Nouvelle littéraire]

Message  Loupyan le Mer 9 Déc - 4:40

'# 1 : Tout espoir n'est pas perdu...


Roxanne Gauthier, ainsi m'a-t-on nommée à ma naissance. Avec le temps, j'ai appris à aimer ce nom, même à en être fière. Et cette fierté à fait naître en moi le goût de l'originalité, de l'unicité même! C'est pourquoi j'ai ce style qui m'est propre et unique, dont ma coupe longue, blonde et noir. En résumé, ma vie est une suite de funestes évènements. Tout allait bien jusqu'à ce que le gouvernement commence son projet qui consiste clairement à éliminer les gens différents dans la population principale. Moi, je veux simplement m'assumer telle que je suis, mais je ne le peux pas. Je ne peux pas m'assumer entièrement car je suis une Télékinèse, comme je suis née avec ce gène récessif qui comporte, il faut l'avouer, certains avantages, et bien maintenant c'est de plus en plus impossible! Mais, heureusement pour moi, j'ai rencontré Bastien Dubois. Notre rencontre était étrange, mais elle fut pour moi une nouvelle raison de vivre. Ma mère ne pouvait pas comprendre ce que je vivais, mais lui oui.

J'en reviens à notre rencontre, j'étais seule en train de pleurer pathétiquement sur mon triste sort dans une ruelle. Je ne me rappelle pas comment je me suis retrouvée là, mais j'y étais, la neige tombait doucement sur ma tête et mes vêtements... Puis il passa dans la ruelle. L'air de rien, il s'arrêta net à côté de moi. «Toi aussi?» M'a-t-il dit en me fixant. À cet époque, je n'étais qu'au stade un et lui au deuxième, il avait pu lire dans ma conscience et s'était aperçu de ma vrai nature. Peu de temps après, je sortais déjà avec. S'il n'aurait pas été là ce jour-là, je crois que je ne serais déjà plus de ce monde, mais maintenant il me donne une raison de vivre et moi je lui donne la sienne. On va bien ensemble, moi je suis une Emo à tendance Métalleuse et lui un simple Métalleux sans excès dans le style. En plus d'être mon chum, c'est également mon seul ami depuis quelques années. C'est depuis que j'ai 14 ans que nous sommes ensemble et aujourd'hui j'ai 17 ans : Tant que la société sera ainsi, jamais je ne pourrai me séparer de lui, et même si ça finissait par changer, je ne vois pas pourquoi je le quitterais!

Mais aujourd'hui, en ce doux jeudi de novembre alors que la neige tombe lentement pour aller s'accumuler sur le sol, c'est cette journée-là que tout commença à changer!


~ ¤ ~


Je venais d'entrer dans l'école et déjà les insultes sifflaient de part et d'autre à ma vue. N'étant présente que depuis environ 20 secondes et, comme un système immunitaire en santé, on me rejetait telle de la vermine... Ouais, c'est comme ça que je percevais comment on me voyait... Comme de la vermine, il n'y a pas plus parfait comme description! Mais, mon ange gardien au cheveux noir et au yeux verts n'était pas bien loin, attendant mon retour. Je lui sautai dans les bras quand je le vis. Enfin en sécurité je me disais. Avec lui, les autres n'avait lieu d'être dans ma conscience. On nous dévisagea probablement, mais nous on s'en foutait, nous avions les yeux fermés. Je n'étais pas dans sa classe sauf dans quelques cours. Ces cours-là étaient devenus mes préférés, sans exception parce que même les profs étaient rendu à faire comme les autres. Comme les autres... C'est ainsi qu'ils agissaient tous!

Le premier cours de cet après-midi, 3e période exactement, était français. Je n'étais pas très forte, mais j'étais la meilleure en rédaction de texte, c'est ce qui me sauvait de l'échec, à moins que le prof en question ne décide d'agir avec discrimination. Ça pouvait toujours arriver et ça arriverait probablement. Bastien avait déjà risqué de se faire expulser une fois en prenant ma défense : Mon texte était presque parfait et j'avais reçu l'affreuse note E. Il avait été voir le professeur et avait exigé une preuve tangible qui pouvait expliquer ce résultat. Le prof en question n'a pas été très intelligent sur ça réponse et Bastien l'a accoté dans le mur. Au moins, j'ai reçu une note plus convenable, soit A+, mais Bastien avait été expulsé pour une semaine. Au moins, il n'a pas été banni de l'école. Je crois que sans lui et contre tous, je n'aurais pas fais long feu dans cette école. Je préfèrerais encore vivre avec lui dans la pauvreté que seul dans une société de fasciste!

J'en reviens à mon cours, je sais, j'arrête pas de m'égarer, mais au moins je vous raconte des trucs plutôt importants sur ce que je vis! Alors je pris place dans le fond de la classe, le seul moyen de passer un peu plus inaperçu aux autres. Ceux-ci arrivèrent et prirent leur place au fur et à mesure, certains semblaient déranger par ma présence et faisait en sorte de prendre une place libre loin de moi, d'autres s'en foutaient royalement. Puis, le professeur entra, celui que Bastien avait ''agressé'', un prof à la fois chiant et mauvais, même dans sa matière! C'est normal de faire des fautes, mais en faire autant et être un professeur? J'ai toujours trouvé ça douteux. Néanmoins, le cours débuta enfin. Tout semblait normal comme la plupart des journées jusqu'au moment où, par le multivox, nous entendîmes la voix du directeur principal annoncer une modification au règlement.

-Bonjours à tous. Aujourd'hui, l'administration de la polyvalente de Québec instaure un nouveau règlement, ou plutôt officialise le niveau de rigueur de ce dernier. Dès maintenant, tout élève non-conforme dans le code vestimentaire sera expulsé de l'école pour la journée. Si des récidives ont lieu, l'expulsion sera d'une semaine, puis d'un mois puis viendra le bannissement définitif. Vous retrouverez tous les détails sur le code dans votre agenda. Merci et bonne journée!

Très vite, je vis le professeur se lancer sur son agenda et feuilleter vivement pour atteindre, probablement, la page sur le pseudo code vestimentaire maintenant officiel. Il lisait toutes les closes avant de prendre la parole.

-Miss Gauthier, venez ici je vous prie! M'ordonna-t-il avec un ton déplaisant et même insultant, comme s'il me surprenait en plein délit.

Je me levai de ma place et traversai la classe lentement vers lui. Il me regardait de ses yeux frustrés à travers ses lunettes, le visage triomphant. Je m'arrêtai devant son bureau et je le regardais ridiculement, il était vraiment pathétique!

-Quoi monsieur? Demandais-je avec une certaine insolence.

-Je constate que tu n'es pas conforme au code, des bracelets et une ceinture à stodes, quelques piercings indésirables, une coiffure non règlementaire et, en général, une allure étrange, m'expliqua-t-il comme si j'étais pas au courant que j'étais différente... Il aurait pu simplement dire «bizarre», ça aurait fait un résumé complet!

-C'est beau, monsieur, ne vous cassez pas la tête pour rien, je m'en vais de mon plein gré. Déclarais-je juste pour l'insulter et lui arracher son maudit sourire de c*n. De toute façon, je ne serais pas capable de rester encore plus longtemps avec une bande de caves sans aucune originalité et d'une tristesse à faire peur... Même s'il y a quelques rares exceptions.

Fière de moi, oui un peu, j'attendais ça depuis un moment, dire ma façon de penser à l'ensemble de la classe. C'est comme ça que je commençais mon combat. Sauf que même si ce n'est que le début, se battre avec ses mains contre des armes de combat avancées, mes chances de l'emporter sont quelque peu réduites... Du moins pour le moment. Je saisis mes affaires et pris la porte dans un fracas magistral, il fallait bien y mettre une touche d'art dramatique! Je me rendis au cours de Bastien, il m'avait demandé que dans le cas où on m'expulserait d'un cours, peu importe la raison, d'aller le voir tout de suite après. Je frappai à la porte de sa classe et demandai à le voir. Il vint à ma demande sous l'autorisation du professeur, un professeur qui semblait un peu moins naïf que le reste.

-Qu'est-ce qu'il y a? Me demanda-t-il.

-C'est le c*n en français, il m'a foutu dehors comme je l'avais prévu...

-Bon, attends-moi là, j'prends mes affaires pis on s'en va, j'vais te faire rencontrer du monde qui devrait nous être utile.

Il rentra dans sa classe sur cette phrase là. Du monde utile pour nous? Des anti-conformistes? Peu importe, je voulais sortir d'ici au plus vite! Il revint avec son sac-à-dos et ferma la porte. Je le suivis dans les couloirs jusqu'à nos casiers. Nous prîmes nos vêtements et quittâmes l'établissement. Enfin, j'avais trouver un moyen de ne pas endurer l'ignorance des autres... Même si c'était malgré moi! Déjà loin de l'école, je regardai derrière moi pour la revoir et y jeter un regard haineux à celle-ci. C'est tout ce qu'ils méritaient de ma part. Bastien me fit marcher dans la ville pendant un bon moment, on a dû atteindre la basse ville, j'avais pas vraiment envie d'aller dans ce coin-là, mais je doutais bien que la majorité des Télékinés devaient s'y retrouver si c'était de ça qu'il parlait quand il m'avait dit qu'il allait me présenter à des gens utiles à notre cause. Puis, non loin de la dite basse ville, il s'arrêta et me fit face.

-J'tiens à te prévenir, à partir d'ici, tu ne lâches pas ma main et ce sous aucun prétexte et évites les regards. M'ordonna-t-il.

-Pourquoi les regards? Demandais-je, je pouvais comprendre de lui tenir la main, mais pas ça...

-Quand le nombre de Télékinés augmente dans une zone, on passe tous du stade 2 au stade 3 temporairement. Plus le nombre est grand, plus on devient puissant.

-Ça veut dire que nos yeux vont devenir de ce rouge sombre?

-Exactement, et je crois bien que si un simple humain nous identifierait en tant que Télékinés, il serait bien heureux de la récompense donnée en échange de l'info. Dit-il avec un peu de sarcasme.

-Baste, c'pas le temps de rire... Dis-je avec ma mauvaise humeur. Bon, on y va?

-Oui mais n'oublies pas les consignes et tout ira bien.

Alors qu'on s'élançait dans la partie pauvre de la ville, un homme nous avait suivis. Qui était-ce? Aucune idée, mes capacités psychiques ne me permettaient pas encore d'identifier les gens simplement par les ondes cérébrales, chose possible au stade 3. Je le sentais et probablement que mon beau Bastien aussi, mais l'autre ne semblait pas démontrer d'agressivité à notre égard, juste de la curiosité. De toute façon, si ce serait pour nous traquer et nous attaquer, son taux de survie était nul. Il était plutôt question d'une poursuite silencieuse, sans nos capacités cérébrales nous n'aurions pas pu nous rendre compte de sa présence. Nous continuions notre chemin à travers les ruelles sans se préoccuper de lui. Puis, Bastien rompit le silence.

-Roxe, t'es une Télékinèse de type manipulatrice si je me souviens bien?

-Ouais, qu'est-ce qu'il y a?

-Le gars qui nous suit depuis tantôt, piège-le. On va se séparer cette fois seulement, il n'y a personne que lui dans le coin. On ne doit pas laisser un humain nous suivre jusqu'à un repère de Télékinés.

Le plan de Bastien était simple, ma spécialité était de manipuler les autres avec mes pouvoirs psychiques, alors pourquoi ne pas en faire bon usage? Je me cachai grâce à une benne à ordure, sans être dedans bien sûr, j'attendis que le gars apparaisse pour le piéger sur place et Bastien attendait tranquillement dans un coin. Le pauvre ne pouvait se douter de rien et je pouvais le piéger de plusieurs façon, même avec une simple illusion, mais le plus efficace était une étreinte inconsistante sur lui. Scientifiquement parlant, j'allais bloquer ses fonctions motrices de son cerveau et les contrôler à ma guise. C'était l'une des nombreuses façon existante sur le fonctionnement des capacités cérébrales des Télékinés. Puis, j'entendis le frottement de ses chaussures sur l'asphalte de la ruelle recouverte de neige. Ses déplacements semblaient décrire en lui un doute sur le chemin à prendre pour continuer sa chasse, le moment parfait pour tendre un piège alors que la proie est trop concentrée ailleurs.

-Urgg! Qu'est-ce qu... Maudite marde! Qu'est-ce qui m'arrive?! Dit-il alors que je mis mon étreinte sur lui.

-Calme-toi et tout se passera sans danger, lança Bastien, toujours dans l'ombre.

-Et moins tu bougeras, moins je forcerai mon étreinte... Dis-je en sortant de ma cachette improvisée.

-Toi? Tu en es une? Me dit-il en écarquillant les yeux, il semblait déjà me connaître.

Bastien apparut à son tour, le sourire aux lèvres, la tête un peu penchée vers l'avant, les cheveux retombant sur son beau visage. Il avança lentement vers lui, les mains dans les poches et me fit un petit clin d'œil en relevant sa tête. Je peux dire que j'étais contente de ma capture parfaite. Le jeune homme semblait avoir notre âge, les cheveux châtains et plus grand que moi. Son style était généralement normal, portant une casquette bleu et une veste d'automne grise, pas de style particulier. Il était carrément en panique, mais il se contrôlait bien. Il avait l'air de connaître le danger que nous représentions pour lui.

-Bon, on ne passera pas par quatre chemins pour savoir ce que je veux savoir, expliqua Bastien. Qui es-tu? Que veux-tu? Et que comptes-tu faire après?

Avec un peu d'hésitation au début, puis avec confiance, celui que je contrôlais ne démontra pas de résistance envers nous en répondant aux questions.

-Je suis Jean Perron, je suis de la polyvalente aussi. J'ai été intrigué par vous deux et j'ai voulu me renseigner sur vous. Mais croyez-moi, je ne veux pas vous dénoncez...

-Que veux-tu exactement alors? Exigeais-je. Attention, j'te préviens que ta vie dépend de moi en ce moment.

J'étais catégorique et un peu trop directe, mais dans la situation actuelle, nous ne pouvions nous permettre de prendre le moindre risque. Ce Jean Perron ne semblait pas de mauvaise foi, autant dans ses dires que dans ses pensées, mais peut-être était-il bon acteur?

-Comme toi, Roxanne, dit-il, je suis conscient de ce qu'il se passe présentement. Mais crois-moi, j'ignorais que vous étiez des Télékinés!

Mon petit ami me regarda, d'un air douteux. Jean semblait perspicace et pas ignorant comme les autres. Il était franc et Bastien n'avait pas encore remarqué de signes indicateurs de mensonge, chose qu'il remarquait facilement, sinon il me l'aurait fait savoir. Je lâchai l'emprise que j'avais sur lui et il semblait être rassurer de ça. Par-contre, au moindre faux mouvement, il était fait comme un rat!

-Alors, Jean... Je vais te laisser tranquille, mais ça veut pas dire qu'on te fait confiance nécessairement. Je te laisse montrer ta valeur, mais au moindre doute, tu vas y passer. C'est clair pour toi?

-Oui, mademoiselle, me répondit-il.

-Hé, fait attention à ce que tu vas dire... Lança Bastien, surtout à elle. Bon, maintenant que t'es dans le coup, suis-nous et dans le silence.

-D'accord, mais attendez un moment. Je voudrais au moins pouvoir me justifier.

Je hochai la tête en guise d'accord. Il semblait vraiment vouloir s'impliquer. Il réfléchit un peu avant de commencer son petit discours. Au moins, nous saurions sa motivation et comment il savait pour le mouvement autocratique qui se produit.

-Bon, j'ai observé ton comportement depuis un bon moment déjà et tu m'intriguais... Enfin vous m'intriguiez en continuant à vous affirmer librement, mais j'avoue n'avoir jamais pensé à l'éventualité que vous étiez des Télékinés. Et bon, je suis du même avis que vous à propos du conformisme qui se produit dans le monde... C'est grâce à vous deux si j'ai fini par m'en rendre compte. Et bref, je veux juste vous supportez dans votre cause.

À ces propos, Bastien me jeta un regard. Nous nous sommes écartés un peu, on voulait se parler plus intimement. J'en déduisais que c'était le premier cas, mais il représentait beaucoup. Le premier humain qui ne serait pas assez idiot pour n'y voir que du feu dans l'autocratie grandissante dans le monde à notre connaissance.

-Bastien, tu réalises? Dis-je avec un peu de joie, lui aussi il en est conscient!

-Ouais, t'as raison, faut pas le perdre, c'est un bon atout pour notre cause. Bon, on doit toujours aller à la rencontre, mais faudra le surveiller s'il reste avec nous.

Nous le regardâmes avec le même regard... Comme s'il représentait l'espoir que nous attendions depuis déjà plusieurs mois depuis le début du conformisme. C'était la preuve que tout espoir n'était en vain...

_________________
avatar
Loupyan
Intrus Infecté
Intrus Infecté

Messages : 146
Réputation : 18
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 25
Localisation : Saguenay

http://aquae-os.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stode & Piercing [Nouvelle littéraire]

Message  Loupyan le Ven 11 Déc - 2:20

'# 2 : La vrai nature du danger


Tous les trois, nous marchions à travers les ruelles, Bastien ouvrant la marche en me tenant constamment par la main. Il semblait savoir exactement où aller et quel chemin prendre. Évidemment, le lieu devait être très bien choisi pour ce genre de réunion clandestine. Et encore plus avec l'ordre de déclarer tous les Télékinés à la police. J'étais inquiète pour Jean, je doutais un peu que le genre d'individus qui allait être présent n'allait guère accepter la présence d'un humain normal malgré qu'il n'ait que de bonnes intentions. Ma confiance ne lui était pas encore complètement accordée, mais je croyais en sa sincérité.

Nous finîmes par atteindre le point de rencontre qui était situé sous l'un des ponts de la ville. Il y avait plusieurs personnes déjà présentes et la plupart avait un genre particulier, chose qui ne me surprenait aucunement. Un point en commun à tous, que des Télékinés. Je vis les iris de Bastien devenir rouge au moment où je sentis une énergie me traverser, allant partout en moi, à travers mes veines et mes nerfs : Nous avions passés au stade 3. Un homme assit dans une chaise sur un conteneur démontra un intérêt à notre égard lorsque nous entrâmes dans la cour. C'était visiblement un puissant Télékiné de stade 3 et probablement le chef du secteur. Un punk de 24 ans au cheveux longs teints en rouge. Il adressa un salut à Bastien.

-Et bien, je ne croyais pas te voir ici aujourd'hui... Dit-il.

-Bah, je crois que ma vie et celle de ma blonde sont importantes, répondit Bastien.

-Tant mieux, lança l'homme, c'est parfait ainsi...

Puis, je sentis comme une pression, une pression psychique qui émanait de l'homme en question et le calme se fit rapidement. Heureusement, personne ne s'était encore préoccupé de Jean. L'effet ne semblait pas l'affecter contrairement à Bastien et moi. Par après cette mauvaise sensation, le Punk se mit à parler avec autorité.

-Bon, nous allons débuter cette réunion sans plus tarder. Je suis Joey Gehenna et je gère les Télékinés de ce secteur de la ville, ce qui veut dire en clair que je suis l'autorité pour vous. Maintenant ma présentation faite, allons au vif du sujet.

Il prit une pause avant de poursuivre, il semblait réfléchir à quelque chose, mais il se secoua la tête, comme s'il se débarrassait d'une pensée.

-Aujourd'hui même, le gouvernement vient de déclarer la guerre au Télékinés du Québec entier. Comme la plupart d'entre vous le savent déjà, si on se fait identifier par quelqu'un, il doit nous rapporter à la police. Étrangement, ce genre d'acte n'est pas nouveau dans l'histoire du monde... Quelqu'un sait-il à quoi je fais référence?

-L'holocauste des juifs, dis-je après un certain moment.

Joey sourit à ma réponse. Il poussa un petit rire sarcastique avant de poursuivre.

-Et bien, je vois que ce crime envers l'humanité n'est pas près d'être oublié. Merci Roxanne, c'est exactement à quoi je m'attendais comme réponse.

Autour de moi, je sentis une peur grandissante. La vérité était terrible et tellement évidente. C'était exactement ce qu'il était sur le point de se produire, ou plutôt de se reproduire. Serait-ce un éternel recommencement. Est-ce que le monde ne tire pas de leçons des pires atrocités de l'histoire? Tous les autres dans la cour, environ une trentaine d'individus, se mirent à chuchoter entre eux. Je jetais un coup d'œil à Jean, il était calme et il écoutait comme les autres. Bastien avait le regard pensif.

-Silence! Exigea Joey. Je n'ai donc pas besoin de vous expliquer que le gouvernement veut nous exterminer, et je suppose qu'après nous ce sera les Juifs, puis les noirs et tous ceux qui ne sont pas comme eux. On peut penser que le projet d'Hitler est en train de revenir sur la sellette, et ce, sans que personne ne s'en rende compte. J'avais un doute depuis les discours étranges qu'il y a eu au parlement, et ce fut pire lorsque les journalistes qui critiquaient en mal les décisions du gouvernement furent remplacés par d'autres qui parlaient en faveur de celui-ci.

-Et que va-t-on faire pour éviter ça? Lança un autre.

-Il est évident, poursuivit Joey en répondant à la question, qu'il n'y aura pas de solution miracle à ça. Malheureusement, je doute fort que des personnes perdent la vie si nous entamons des actions de notre part contre les agissements du gouvernement. Je crois personnellement qu'il y a un groupe de Skin-head infiltré parmi les politiciens. D'ailleurs, le premier ministre semble facilité la tâche, aucune décision ne se prend lentement depuis un moment. Ma solution serait un coup d'état, rapide et direct.

-T'es malade! Criais-je, un coup d'état comme ça fera un bain de sang incroyable et faire de même, on ne sera pas mieux qu'eux.

-Qu'as-tu de mieux à proposer? Me répondit-il. Je suis désolé, mais peu importe la méthode employée, si nous échouons à la première tentative, je devine que les ordres des policiers seront d'éliminer tous les Télékinés à vu. Il faut dénoncé les actions du gouvernement, certes je suis d'accord, mais si on ne réussi pas dès le début, ce sera la guerre entre humains normaux et Télékinés.

-Et puis quoi! Lança Bastien, on sait tous qu'aucun humain ne peut nous tuer et que le gouvernement n'est pas assez imbécile pour utiliser des armes dangereuses pour la population.

L'ambiance était des plus désagréable, l'inconfort était fou. Les émotions que je ressentais à travers les autres étaient variées : peur, colère, frustration, peine, certains mêmes avaient des pulsions meurtrières envers ceux qui voulaient notre disparition. Ce que disait Joey était choquant, mais vrai. Il n'était pas ignorant, il avait vu, comme moi, l'évidence de ce qu'il se passait : le conformisme. Et il expliquait avec... avec... Comment dire? Ses explications étaient trop vraies, trop terribles... Je sentais le besoin que Bastien me sers dans ses bras, l'angoisse que j'avais ressentie au centre-ville, elle revenait me hanter, me troubler. Je me collai à lui alors qu'il fixait Joey avec une certaine rivalité. Je le sortis de cette espèce de transe et il me prit dans ses bras comme je le voulu.

-Qu'est-ce qu'il y a? Me chuchota-t-il.

-Je ne sais pas, je ne suis pas bien... Dis-je tout bas. Comme ce matin, quand j'ai vu l'annonce...

-Fais-toi s'en pas, on va trouver une solution...

Je savais qu'il disait ça juste pour me rassurer, il n'aimait pas me voir mal à l'aise et il me rassura. Malgré ça, je savais que ça n'allait si bien. Puis, par-dessus l'épaule de Bastien, je vis Jean qui s'avança vers le centre de la cour. Je craignis soudain pour sa vie, il ne devait pas imposer sa présence, il risquait sa vie ainsi! Mais il fut trop tard pour que je puisse réagir : Il parla fortement pour avoir l'attention de tous.

-Hé! Vous allez tout de même pas vous laissez faire comme ça!

Toutes les personnes présentes se retournèrent vers lui, et rapidement le silence fut. Je vis Joey démontrer un certain étonnement. Le chef se replaça sur sa chaise, son intérêt maintenant tourné vers ce jeune homme plutôt imposant rien que par sa présence.

-Qui es-tu? Demanda Joey, mais je vis qu'il se rendit compte de la nature de Jean. Attend... Qu'est-ce qu'un humain fait ici?

Soudainement, une panique prit vit en tous et chacun. C'était la menace, le loup dans la bergerie... Mais entouré de moutons surpuissants! Jean devait se défendre, sinon Bastien et moi allions être obligés de le défendre avant que le carnage ne se produise. Il finit par parler!

-Vous n'avez pas à me craindre, je suis pas assez imbécile pour embarquer dans le conformisme. Moi aussi, je suis conscient des actes que fait le gouvernement et tout le niaisage anti-Télékinés qu'il y a. Mon but n'est pas de vous dénoncer, si je suis ici, c'est simplement pour vous aider et me battre pour la même cause que vous.

-Hum... Je vois... Dit Joey d'une voix calme. D'accord, je vais te croire, tu sembles sincère. Et qu'as-tu comme solution?

Jean sembla moins craintif, les propos du chef l'avait rassuré et par chance le chef avait pu voir qu'il ne mentait pas. L'adolescent réfléchit un petit moment avant de faire sa proposition. Il se tourna vers moi et mon bien-aimé juste avant de s'adresser à nouveau à Joey.

-L'idée du coup d'état est une solution drastique, mais qui serait envisageable en dernier recours. Il ne faut pas faire comme à la crise d'octobre de 1970. Il faudrait faire mieux et éviter toutes choses qui s'y rapprocheraient. Mon idée serait de vous manifester au gouvernement par un porte-parole secret. Ainsi, vous pourriez communiquer à la population la vérité, et ce, sans vous faire retracer.

Joey comprenait évidemment de quoi parlait Jean. L'idée n'était pas si mal, mais il doutait que cette méthode soit suffisamment efficace, chose que je déduis simplement en lisant dans le regard de Joey. Personnellement, je trouvais cette solution plus envisageable et considérer le coup d'état en dernier recours. Mais, malheureusement, je ne suis pas la chef.

-Hum... J'admets que cette idée n'est pas mauvaise, je vais en tenir compte... Bon, retournez chez vous, faites attention et préparez-vous pour demain, il y aura une autre réunion, même heure.

Le punk mit fin à la réunion, il avait raison, nous avions besoin de réfléchir à ça, si nos idées ne sont pas claires, nous n'en tirions rien de réellement utile. Mon amoureux et moi quittâmes la cour où se tenait la réunion, suivit de Jean et de quelques autres Télékinés, puis ils se dispersèrent au fur et à mesure que nous traversions à nouveau les ruelles. Je tenais encore Bastien par la main et la neige avait déjà recouvert les traces de notre aller. Bastien avait eu raison, il m'avait présenté à des gens qui seraient utiles pour notre cause! De retour sur la grande rue, Jean nous adressa une dernière fois la parole.

-Et bien, j'ai fait mon possible pour vous...

-Merci, dis-je. T'as fait ce que tu pouvais et c'est parfait ainsi.

-Bon, aller, bonne fin de journée, je vais rentrer chez moi aussi.. Bye! Et à demain! Nous lança-t-il avant de partir de son côté et nous du nôtre.

Bastien passa son bras sur mes épaules et me colla à lui. Nous marchions ainsi vers le centre-ville pour ensuite se diriger vers ma demeure tranquille. La neige tombait lentement mais de façon très dense, rendant la visibilité nulle à plus de 200 mètres je dirais et donnant ainsi une ambiance plus sereine et paisible. Mais ce n'était que parure, car sur un toit d'un bloc-appartement un homme vêtu d'un coton ouaté blanc avec un grand capuchon nous vîmes. Nous ayant identifié comme étant des Télékinés, ses proies nous fûmes...!

_________________
avatar
Loupyan
Intrus Infecté
Intrus Infecté

Messages : 146
Réputation : 18
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 25
Localisation : Saguenay

http://aquae-os.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stode & Piercing [Nouvelle littéraire]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum